Désir de grossesse: il y a toujours une composante nutritionnelle à adapter

Quand la décision de faire un enfant est prise, on n’a qu’une seule envie : tomber enceinte le plus rapidement possible ! Vue comme une période d’attente et de grande impatience la période de préconception devrait plutôt être vue comme un projet à mener à bien avec ses étapes et ses démarches pro-actives : c’est non seulement bénéfique mais aussi tellement plus motivant!

Il y a des bonnes habitudes à mettre en place, habitudes qui seront bénéfiques immédiatement et qui seront également utiles pour les étapes suivantes du « projet bébé ». La période avant la grossesse est idéale pour s’intéresser à ces éléments.

L’alimentation est un de ces facteurs qui devraient figurer en tête du projet de préconception pour tous les couples. Il y a en effet toujours des éléments à corriger, adapter ou optimiser dans l’alimentation du couple. Or bien souvent on entend « Je mange équilibré, donc c’est bon ! ». C’est malheureusement faux pour différentes raisons. La première est l’idée trop grossière que l’on a d’une alimentation équilibrée : manger « varié » ou « de tout » n’est pas nécessairement synonyme d’équilibré c’est-à-dire adapté aux besoins du corps.

Deuxièmement, il y a une réelle sensibilisation à faire du côté du choix des aliments du point de vue qualitatif : plus de bons nutriments, moins de « perturbateurs » (calories vides, additifs, perturbateurs endocriniens, résidus de toutes sortes). Eviter les produits industriels, favoriser le bio, le local, le saisonnier font partie de cette démarche.

Troisièmement, la structure de la journée au niveau des repas a une grande influence sur l’énergie disponible pour le corps. Le petit-déjeuner est-il présent ? Le repas de midi est-il complet ? Le repas du soir est-il vraiment léger ? Voilà quelques questions à aborder quand on s’intéresse à son énergie. Quand on sait que l’énergie est le facteur primordial en préconception et que la fatigue ou une simple baisse d’énergie influence négativement les chances de tomber enceinte, on comprend mieux l’intérêt de s’intéresser aussi à son assiette !

Parlons aussi de l’impact de l’alimentation sur la vulnérabilité au stress, autre grand coupable dans les difficultés rencontrées pour concevoir un enfant. Il existe une multitude de techniques pour apprendre à gérer son stress, mais saviez-vous que ce que vous mangez peut vous vulnérabiliser au stress ou au contraire vous aider à mieux le gérer ? Par exemple, un petit-déjeuner riche en sucre provoquera un pic de glycémie suivi d’une hypo-glycémie, période pendant laquelle on se trouve encore plus vulnérable au stress. Une première étape est dès lors d’éviter de manger sucré avant le goûter.

Il faut par ailleurs se pencher sur la nécessité de rééquilibrer certains nutriments spécifiques. Le magnésium ou la vitamine B9, par exemple. L’importance de cette dernière est bien connue et d’ailleurs souvent recommandée par les gynécologues à leurs patientes en désir d’enfant. Le fer, les omégas 3, le zinc sont d’autres micro-nutriments clés, et dont la prise en charge au niveau alimentaire est aisée. Ainsi, moduler la consommation de viande rouge aura un impact sur le niveau de fer. Certaines femmes auront intérêt à augmenter leur consommation, d’autres non.

Le nombre croissant de couples en difficultés de concevoir un enfant évoque à quel point l’environnement (au sens large) pèse sur la fertilité au féminin et au masculin. Certains gestes simples dans l’alimentation et le mode de vie permettent néanmoins d’influencer favorablement cet environnement.

La période qui précède la conception n’est pas une perte de temps mais une réelle opportunité de mettre en place de bonnes habitudes, notamment alimentaires, qui contribuent à l’efficacité de toutes les autres mesures mises en place par ailleurs (en ce compris la PMA).

S’il n’y a pas à proprement parlé de « régime préconception » il y a indéniablement une série de bons réflexes à mettre en place pendant cette période passionnante. Mon message est donc celui-ci : optimisez l’alimentation au sein de votre couple (l’homme et la femme sont concernés !), c’est la base. Et donnez-vous le temps de faire ces changements pour en bénéficier.

Pour les couples qui souhaitent traduire cela en pratique je mets gratuitement à disposition une série de 7 vidéos dans lesquelles j'aborde chaque fois un élément nutritionnel à mettre en pratique. Inscrivez-vous pour avoir accès aux vidéos : c’est gratuit ! 

TEL: +32 479 21 63 99

  • White Facebook Icon

© 2016 Véronique De Clercq

 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now